EuropaMehr ...Botschafter tschechische Republik: Prioritäten der EU-Ratspräsidentschaft

26. September 2022
https://sp-ostbelgien.be/wp-content/uploads/2022/09/Webseite-Beitrag-Titelbild-28-2.jpg

Plenum des PDG vom 26. September 2022

Redebeitrag Charles Servaty, Vorsitzender der SP-Fraktion, zur Vorstellung der Prioritäten der tschechischen EU-Präsidentschaft durch den tschechischen Botschafter

Cher président,
Votre Excellence M. l’Ambassadeur,
Chers membres du gouvernement,
Chers collègues parlementaires,

Tout d’abord, je voudrais vous remercier pour votre présentation.

Celle-ci nous a en effet permis de nous rendre compte à quel point des objectifs importants et ambitieux étaient poursuivis. L’ancien président tchèque Václav Havel s’est battu pour son pays.
Aujourd’hui, il faut se battre pour l’avenir de l’Europe. Régulièrement remise en question, l’Union Européenne nous permet pourtant de poursuivre des objectifs qu’aucun État membre ne peut atteindre seul !

D’entrée un constat : des avancées doivent être obtenues d’urgence dans les différentes thématiques que vous avez identifiées comme prioritaires. En effet, les défis environnementaux, sociaux et économiques sont de taille.
Et la guerre en Ukraine n’a fait qu’aggraver la situation. Nous sommes d’accord avec les thématiques, même s’il y a quelques divergences sur le fond. Laissez-moi vous expliquer notre position.

Tout d’abord, les défis environnementaux : c’est une thématique qui nous tient à cœur et où il est souvent difficile de prendre les bonnes décisions. En effet, ce sont les publics les plus défavorisés qui souffrent le plus de mauvais choix écologiques.
En même temps, l’écologie et l’environnement sont fort liés. Et nous accordons aussi de l’importance à la préservation de la biodiversité. C’est pourquoi nous attirons l’attention sur cet aspect. Ensemble avec toute l’UE, nous devons décider rapidement de mesures pour préserver la biodiversité et développer les énergies renouvelables.
L’idée est évidemment de lutter contre le changement climatique, mais pas seulement. Il faut aussi, avec et pour les populations d’Europe, réussir à établir des prix de l’énergie raisonnables.
Il faut par ailleurs avancer vers une indépendance énergétique et dans la mesure du possible créer des emplois de qualité sur le continent européen.
Dans le même domaine, l’efficacité énergétique joue aussi un rôle important. Nous avons déjà en Communauté germanophone pris des mesures importantes dans le cadre de la réforme des primes énergétiques. Mais au vu des défis qui nous attendent, il nous semble essentiel de poursuivre les efforts en ce sens. Les défis sont tels que tous les niveaux de pouvoir doivent continuer à faire tout ce qui leur est possible afin de soutenir les ménages à bas et moyens revenus.

Par ailleurs, les défis sociaux et économiques sont actuellement plus que jamais énormes. Pour le constater, il suffit de se rappeler l’ampleur du rassemblement syndical en front commun de mercredi dernier à Bruxelles.
Mais aussi au quotidien, nous nous rendons compte tous les jours que la colère gronde. Payer les factures devient de plus en plus difficile. Les citoyens de toute l’UE sont chaque jour écrasés par ce poids.

C’est pourquoi je voudrais rappeler l’importance de geler les prix des énergies au niveau européen. Il est grand temps que l’UE fixe des prix abordables !

C’est elle seule qui peut ainsi soulager tant les citoyens que les entreprises. Ou pour l’exprimer en termes économiques : c’est ainsi qu’elle pourra relancer la demande à travers un renforcement du pouvoir d’achat et rétablir la compétitivité en diminuant les coûts de production.
Au sein de ce parlement, c’est en avril déjà que notre groupe, celui des socialistes et sociaux-démocrates, a déposé un projet de résolution en ce sens.

Enfin, en tant que socialistes et sociaux-démocrates, nous défendrons toujours l’idée de « repenser, reconstruire et renforcer l’Europe ».

L’Union Européenne nous permet de peser au niveau international. La solidarité le permet.
Nous avons une vision claire de la coopération internationale sur le long terme. Mais, en raison du temps imparti, nous ferons mieux d’échanger à ce sujet lors d’une autre occasion.

Nous devons surtout aussi profiter de votre présence (à distance) pour vous rappeler la particularité de notre région. Nous ne vivons pas seulement en Communauté germanophone. Il est tout à fait normal pour nous de nous rendre en Allemagne, au Luxembourg ou aux Pays-Bas. Les conséquences des décisions ou de l’absence d’action au niveau européen impactent donc nos vies au quotidien. Même si longtemps de nombreux citoyens ne s’en rendirent plus compte.

Le temps imparti ne me permet pas d’aborder tous les aspects abordés par vous, M. l’Ambassadeur, mais nous partageons évidemment aussi vos préoccupations en matière de défense de l’Europe, surtout en ces temps de guerre.
Nous partageons également les réflexions sur la résilience des institutions démocratiques.

Avant de terminer mon intervention, permettez-moi de vous rappeler cette devise :
« Seul, nous avançons plus vite. Mais ensemble, nous allons plus loin. »

J’espère qu’ensemble nous irons très loin dans la coopération malgré le court temps que dure une présidence de l’UE.
Nous espérons surtout que durant ces quelques mois nous puissions apporter avec l’aide de l’UE des réponses aux besoins urgents de nos concitoyens ainsi qu’aux différentes crises que nous connaissons.

C’est pourquoi je ne me tairai pas sans avoir rappelé qu’il faut selon nous geler d’urgence les prix des énergies au niveau le plus large possible !
À commencer, en l’occurrence, avec l’UE.

Votre Excellence, Monsieur l’Ambassadeur, chers collègues, merci pour votre écoute attentive !

Charles Servaty.